Vous êtes stressés ? Anxieux ? Pourquoi ne pas essayer le tricot ?

Blogue

Anxiété, Tricot
J’ai repris le tricot il y a environ une quinzaine d’années.  Ma nièce qui n’avait jamais tricoté s’est mise au tricot à la suite à de grandes périodes de stress lorsqu’elle était à l’université.  Ça m’a donné le goût de m’y remettre, j’ai appris le tricot vers l’âge de 5-6 ans de ma mère, je voulais tout faire comme elle et surtout être avec elle.

Mon tricot me suit partout, au travail, dans l’auto, chez des amis, en vacances… Un petit moment à moi, et hop, je sors mon tricot, même si c’est pour faire quelques rangs.  Au début un peu en cachette j’avoue… mais lorsque les gens voient le résultat, ça devenait vite contagieux.  Je me souviens qu’un de mes employés, dans mon ancienne vie, m’avait demandé de lui tricoter une tuque (je travaillais avec une gang de gars qui avait un p’tit sourire en coin lorsqu’il entrait dans mon bureau à l’heure du dîner et me voyais tricoter), aussitôt demandée aussitôt faite !  Ce qui devait arriver arriva !  Tout le monde voulait avoir une tuque « comme Ben » !  C’était moins quétaine tout d’un coup, je suis passée du titre « vieille ma tante » à héroïne haha!

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Parce que le tricot est bon pour l’âme, pour l’égo, pour notre fierté, pour faire du bien aux autres.

Le fait de se concentrer sur nos 2 aiguilles nous empêche de laisser nos pensées aller où on ne veut pas nécessairement aller.  Je trouve le tricot méditatif, le va-et-vient des aiguilles, regarder mon travail avancer et prendre forme.  Penser à la personne à qui
va l’offrir. Penser à mon prochain projet… oui oui, quelle couleur, quelle laine…mon cerveau crée et ça me fait un grand bien !

Le projet est fini, on est si fière.  On l’offre à quelqu’un et la personne est sans mots… Wow, c’est le summum.

Oui des fois on défait, on pioche un peu, mais ça fait partie du jeu, nous en sommes que plus fière à la fin !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être publiés.

Retour au articles