Sylvie Bouchard tricotte du succès!

Blogue

Sylvie Bouchard a eu un parcours en affaires plutôt atypique menant à la création de son entreprise, Pure Laine, située sur la rue Principale à Saint-Sauveur. Par son attitude naturellement enthousiaste et positive, elle a su se servir d’événements que d’aucun considérerait comme malheureux, en une intéressante opportunité d’affaires !

Originaire de la Montérégie, Sylvie entreprend, à l’âge de 22 ans, des études en sciences comptables à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) où elle obtient son diplôme de comptable agréée. Puis alors qu’elle a 28 ans, elle se déplace en Estrie où elle occupera différents postes dans son champ d’expertise pendant plus d’une vingtaine d’années.

Au-delà du profil traditionnel !

À travers ses différents emplois, il y a une constante car Sylvie n’a pas le profil traditionnel du comptable agréé qu’on a parfois tendance à se représenter comme étant une personne austère préoccupée à faire balancer des colonnes de chiffres ou à réaliser des états financiers !!!

Ah que non, car elle se préoccupe du bien-être des employés : elle n’hésite pas, par exemple, à aller saluer les travailleurs en usine ou encore de suggérer à son employeur de donner congé à un ou une employé(e) le jour de son anniversaire, en somme des incitatifs qui favorisent la valorisation du travailleur; mais ses « extravagances » ne semblent pas toujours comprises des employeurs et pourtant, ce sont bien là des caractéristiques propres à un bon entrepreneur !

Transformer du négatif en positif !

À l’automne 2012, le rideau tombe sur un emploi qu’elle occupait depuis sept ans et elle se retrouve sans travail. Sa recherche l’amène au sein d’une entreprise de Saint-Jérôme du même domaine que celle de son dernier employeur. Toutefois, cette entreprise est dans une situation financière précaire et fermera définitivement ses portes à peine trois mois plus tard. Sylvie est sans emploi mais qu’à cela ne tienne, elle transformera sa passion pour le tricot en une opportunité d’affaires.

« À mon arrivée à Saint-Jérôme, je cherchais un magasin pour me procurer de la laine car j’ai toujours aimé le tricot depuis mon enfance; à ma grande surprise, je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucune entreprise dans ce domaine à Saint-Sauveur mais seulement à Saint-Jérôme et cet endroit ne répondait pas tout à fait à mes attentes d’une telle boutique », explique-t-elle.

Elle décide alors avec une amie de lancer Pure Laine, un nom choisi avec l’intention de ne fournir que des fibres naturelles. On est le 3 novembre et la boutique ouvre ses portes le premier décembre : trouver un local, acheter le matériel, aménager le local, tout ça en moins d’un mois. « On a tout fait ça à deux, il ne fallait pas niaiser avec le « puck » car on voulait profiter des achats de la période du Temps des fêtes ».

À cela, il faut ajouter le contexte de cette période d’effervescence. « J’étais seule avec ma fille à Saint-Sauveur et mon conjoint, sans emploi depuis près d’un an, était dans notre maison de Magog avec mon fils », de dire Sylvie avant de lancer « je ne sais pas trop comment on a pu arriver ». Après trois mois de fonctionnement de Pure Laine, l’entreprise ne pouvant faire vivre deux familles, sa partenaire se retire et elle devient la seule propriétaire.

« De fil en aiguille »

Au fil des années, Sylvie ne cesse d’user de créativité afin d’améliorer les performances de son commerce; c’est ainsi qu’au moment où a frappé la pandémie et que les ventes en ligne ont explosé, elle affirme qu’elle était prête car, déjà en 2013, à peine une année après la création de Pure Laine, elle disposait déjà d’un site Internet transactionnel qu’on a peaufiné au fil des ans.

« En 2013 quand on a créé le site, j’étais déjà toute excitée à l’idée de faire une vente en ligne ». Faut dire qu’aujourd’hui ces ventes se multiplient à vive allure de sorte que Sylvie peut compter sur une employée qui travaillent exclusivement sur cette dimension du commerce afin de répondre rapidement aux demandes. « La qualité et l’efficacité du service à la clientèle, c’est primordial », affirme Sylvie. Aujourd’hui, les ventes en ligne proviennent de tous les coins du Québec et même de l’Ontario et des Maritimes. « J’ai même des clientes régulières en Europe, notamment en Suisse et en France », avoue-t-elle.

Si Sylvie Bouchard a la passion du tricot, elle avoue avoir aussi la passion de affaires. « Développer l’entreprise, créer de nouveaux produits, faire du marketing, tout ça m’allume. J’aime la laine mais aussi faire de la business », dit-elle avec enthousiasme car c’est important pour cette entrepreneure de « faire différent » et de toujours être la première à faire les choses.

De plus, depuis maintenant cinq ans, elle fait des « lives » en ligne sur Facebook en fin d’après-midi tous les vendredis. « Les gens sont fidèles et au rendez-vous pour ces moments généralement improvisés où je présente des nouveaux produits ou encore de nouvelles techniques ».

La recette de l’entreprenariat

Aujourd’hui, Pure Laine, c’est une équipe de quatre employés ainsi que de Sylvie, son conjoint et ses deux enfants. Le couple qui a vendu leur maison à Magog, il y a cinq ans pour s’établir à Piedmont.

Le succès de Sylvie l’entrepreneur, c’est de tricoter un brin de folie avec de la résilience, de la créativité et de l’engagement.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être publiés.

Retour au articles